Mois: août 2017

Balles à « blancs »

Un groupe de policiers new yorkais se retrouve régulièrement autour de boissons alcoolisées. Pour gérer en commun leurs intenses frustration et impuissance. En effet, chacun à son « blanc » : une affaire de meurtre où le policier ou la policière sait qui est le coupable, mais ne peut pas l’arrêter. Soit pour un vice de IMG_2398procédure, soit parce que le meurtrier est particulièrement malin. Les flics doivent donc supporter de voir leur proie vaquer tranquillement à ses occupations, sans être inquiétée.

Un jour cependant, les « blancs » commencent à tomber comme des mouches. Simultanément, le flic chargé de l’enquête ainsi que sa famille se font harceler par un mystérieux personnage. Entre trouille et surréaction, le flic, qui a aussi son « blanc», sombre dans la parano.

Qui tue les « blancs » ? Un justicier ? Qui sème la zizanie dans la famille du flic ? Pourquoi ? Articulé de manière efficace atour de ces questions, l’enquête progresse sans temps mort jusqu’au dénouement, un tantinet « too much ».

Richard Price, qui se cache derrière le pseudo de Harry Brandt, l’auteur initial de The Whites, est connu pour être l’un des principaux auteurs de la série policière The wire.

Le meurtre de l’un des « blancs » est situé dans la gare de Grand Central à New York.

 

The whites, Richard PRICE

Published by Bloomsbury, London, 2015, 333 pages.

1 an dans la pile d’attente.